Gros plan sur le Scoliogame

SCOLIOGAME™  : Sensibiliser au dépistage précoce de la scoliose en s’amusant

Trop de scolioses sont découvertes fortuitement, trop tard pour assurer une bonne prise en charge et éviter une déformation déjà importante exigeant des traitements lourds avec des résultats parfois décevants.

La scoliose exige un traitement long, d’autant plus fastidieux que la maladie apparait généralement à la puberté, ce qui ne facilite pas le port d’un corset, une rééducation intensive, et la nécessité d’une autocorrection au quotidien. Comment améliorer l’autonomie et l’indépendance de ces jeunes patients dans leurs activités du quotidien en leur assurant bien être et sécurité, pour contribuer à une meilleure qualité de vie?

La rééducation en ergothérapie est axée sur les activités de vie quotidienne (prise de conscience des mauvaises postures et correction au quotidien, sous forme d’évaluation, conseils, mises en situation. La réadaptation dans l’environnement est primordiale (loisirs, domicile, école, travail) afin d’optimiser le plan de travail, réaliser des aménagements spécifiques, planifier des activités pour maintenir l’activité malgré les douleurs et la maladie.

Solène GASSEAU, ergothérapeute à la MAISON DE LA SCOLIOSE de Villeneuve d’Ascq, a tiré de son expérience la conviction que, pour « faire passer » les messages de bonnes postures à adopter dans les activités du quotidien, il fallait sortir du cadre « médical » et aussi faire participer non seulement le patient mais tout son entourage. Et aussi les autres enfants pour « déstigmatiser » la maladie et faire comprendre que « cela peut arriver à tout le monde » … D’où l’intérêt de se faire dépister… le plus tôt possible.

Solène GASSEAU a aussi été formée au Québec, où elle a découvert les travaux de Francine Ferland, ergothérapeute et professeur émérite à la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, sur le développement de l’enfant et de la vie familiale par le jeu.

Solène GASSEAU a profité des dernières SCOLIMPIADES pour expérimenter pour la première fois le SCOLIOGAME™.

« J’ai d’abord imaginé un « Escape Game » sur le thème de la scoliose et du rachis pour mes patients pendant leur cure. A l’occasion des SCOLIMPIADES, je me suis portée volontaire pour créer un atelier ludique pour enfants et adolescents. J’ai imaginé un jeu dynamique, qui aborde les notions du DOS, et qui présente des mises en situation au plus proche des activités de vie quotidienne. Ce qui m’importait également était d’intégrer les parents dans le jeu. »

Le principe du jeu consiste à arriver le premier en bas d’une colonne vertébrale géante en passant d’une vertèbre à l’autre depuis la partie cervicale jusqu’à la base lombaire.
Comme dans un Jeu de l’Oie, le joueur avance ou recule selon sa progression sur la colonne en fonction de la couleur de ses tirages, mais aussi de ses réponses qui l’autorisent à avancer ou le condamnent à reculer sur l’échelle permettant d’escalader la colonne.

A chaque tirage, le joueur en difficulté peut être aidé par les autres dans l’esprit d’interactivité qui a guidé l’invention de ce jeu, par rapport à des situations réelles, telles qu’elles sont rencontrées au quotidien avec des patients scoliotiques… mais telles qu’elles pourraient s’adapter avec profit aux problèmes de dos de tous les enfants et adolescents.

Vous pourrez découvrir ce jeu le 18 septembre prochain, à l’occasion des SCOLIMPIADES.

Les commentaires sont fermés.